bandeau_mags
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Immo-Déco Services Entreprises
Le rendez-vous nutrition.
de Mireille Etienne

Chaque mois, Mireille ETIENNE, Diététicienne Nutritionniste, répond à une question sur la nutrition et l’alimentation. Ce mois-ci, nous allons nous intéresser au régime pauvre en FODMAP.

Quésaco ?
C’est un régime alimentaire très intéressant pour les personnes souffrant du syndrome de l’intestin irritable.
FODMAP est un acronyme dérivé des noms d’une série d’aliments dont les effets ont été prouvés chez les patients atteints du syndrome du côlon irritable : Fermentable Oligo Di Mono saccharides And Polyols, en français ceux sont oligosaccharides, disaccharides, monosaccharides et polyols (différents sucres) fermentés par les bactéries du côlon. Ce sont donc des sucres qui vont être fermentés dans le côlon par l’intermédiaire de nos bactéries coliques qui vont rejeter des gaz et ainsi entrainer des ballonnements, une distension abdominale, des flatulences et des selles perturbées.

Le régime a été développé par une équipe de la Monash University de Melbourne, en Australie, et a commencé à être reconnu suite à la publication des recherches en 2008, qui démontaient que des sucres fermentescibles alimentaires (FODMAP) agissaient effectivement comme déclencheur des symptômes chez les patients souffrant du syndrome de l’intestin irritable.

Qu’est-ce que le syndrome de l’intestin irritable ?
C’est le plus fréquent des troubles intestinaux. Il se manifeste par des douleurs ou un inconfort chronique de l’abdomen sans anomalie anatomique caractérisée, associée à des perturbations du transit intestinal. Les patients peuvent se plaindre de constipation chronique, de diarrhées prédominantes ou une alternance des deux (période de constipation suivie de selles très molles voire diarrhéiques). Le syndrome touche 10% à 20% de la population en Europe avec une prépondérance chez les femmes.

Où trouve-t-on les FODMAP ?
Les FODMAP se trouvent dans certains fruits et légumes, certains produits à base de lait, certaines céréales et légumes secs. On distingue 4 grandes familles :
Les Oligosaccharides : artichaut, chicorée, topinambour, oignon, ail, blé, lentilles, pois chiche, flageolet, choux etc….
Les Disaccharides (exemple le lactose) : lait, lait en poudre, flan, préparations à base de lait
Les Monosaccharides (exemple le fructose) : miel, les fruits secs, raisin, melon, confiture sucrée au fructose etc…
Les Polyols : confiseries light (chewing-gum sans sucre), cidre, jus de pomme, pruneaux, etc…)

Pourquoi ces sucres fermentescibles provoquent-il des douleurs intestinales ?
Les mécanismes selon lesquels ces glucides (sucres) fermentescibles provoquent des symptômes intestinaux sont liés à deux processus physiologiques. En premier lieu, ces glucides ne sont pas assimilés et par conséquent, fermentés par les bactéries présentes dans le côlon, ce qui conduit à la production de gaz. Ce gaz peut modifier l’environnement de l’intestin et provoquer une hypersensibilité viscérale chez les personnes sujettes aux douleurs intestinales. Ensuite, ces glucides fermentescibles induisent une augmentation de la quantité d’eau dans le côlon provoquant des réactions de l’intestin.

Quelle est la démarche d’un régime pauvre en FODMAP ?
En pratique, on procède en 3 étapes :
La première étape implique un retrait des aliments contenant des FODMAP pendant un mois environ, sous les conseils d’une diététicienne qualifiée et formée à l’alimentation pauvre en FODMAP. Cette phase peut être moins restrictive si le professionnel de santé à identifier des aliments bien supportés mais faisant partis du groupe de FODMAP, grâce à un interrogatoire pointu.

La seconde étape est une phase de réintroduction de certains groupes d’aliments. Grâce à un journal alimentaire tenu par le patient, la diététicienne analyse, identifie les déclencheurs et conseille sur un ordre de réintroduction des FODMAP.

La troisième étape est une éducation à l’autogestion des symptômes. Le but est de réintroduire des aliments contenants les FODMAP jusqu’à leur seuil de tolérance. Ce seuil de tolérance est propre à chaque individu, c’est pour cela qu’il est nécessaire que ce régime ne soit pas standardisé mais réellement individualisé. Ce protocole permet aux patients de contrôler leur propre système digestif sur le long terme et de mettre fin à la médicalisation de leur état.

Bon à savoir
Certains patients entament souvent des régimes drastiques par peur du retour des symptômes douleurs. Cela peut s’avérer dangereux et entrainer des carences.
Enfin ces glucides fermentescibles sont aussi des fibres et il est bien connu que les fibres sont bonnes pour la santé. En effet, les fibres nourrissent nos bactéries intestinales.  Les fibres solubles permettent l’augmentation de la réabsorption de l’eau. Les fibres insolubles augmentent le volume des selles et favorise un meilleur transit. Elles ont encore bien d’autres rôles qui seront exposés lors d’un prochain article !

Il faut garder à l’esprit qu’il s’agit de TROUVER LE BON ÉQUILIBRE. Il est nécessaire éviter les restrictions inutiles au risque de se priver d’éléments bénéfiques pour la santé.

Mireille Etienne
Diététicienne Nutritionniste
Centre Médical Le Levant
1361 av des Anciens Combattants d’Indochine
La Seyne sur Mer

Pôle santé Hourcade
25 av Adjudant Hourcade
Cuers
06 75 01 34 00

Top Fishing La Farlède - Limpact




 suivant »



contactez Immo-Déco Services Entreprises !
home_bavaria
albert_immobilier
la_cle_express
ids_alessis
logre&cie
riccobono
be_harmony

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©