bandeau_mags
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Portraits Dossiers
Jérôme Quaretti.
Le Six n’Etoiles est le « cinéma de tous les cinémas. »

Plus de proximité, de diversité et moins d’euros à débourser. Le crédo des cinémas de Jérôme Quaretti. Avec Frédéric Perrot, il dirige L’Yre cinémas. Une société qui regroupe cinq complexes en France. Entre programmations originales et films imposés, ils se démènent pour proposer de la qualité aux Six-Fournais.

Vous êtes gérant, en quoi consiste cette activité dans le domaine du cinéma ?
Il faut s’occuper des achats et dépenses, du personnel. Comme tout entrepreneur. Je me charge surtout de fournir de bons films et de mettre en place les grilles horaires.

Comment est-ce que le Six n’Etoiles se démarque ?
Notre devise c’est « être le cinéma de tous les cinémas ». On essaye de proposer un florilège des meilleurs films sortis. Du généraliste mais aussi des films d’auteurs. La mayonnaise prend parce qu’on sélectionne, sur une offre films qui sortent, ceux qui ont le meilleur potentiel qualitatif ou quantitatif. On explose à Six-Fours par rapport aux prévisionnel. C’est parce qu’on accueil bien le public. Cela peut paraitre simple mais dans un multiplex on est comme à la caisse d’un supermarché. Un client lambda. Ici, on accueille souvent des réalisateurs. Ce qui fait la différence aussi, ce sont des soirées débats. Les gens aiment bien qu’on accompagne les films. C’est un réel plus.

Le cinéma de Six-Fours a obtenu trois catégories du classement art et essai. En quoi cela consiste ?
Il y a trois catégories : patrimoine et répertoire, jeune public découverte. Elles sont décernées par le Centre National de Cinématographie (CNC).
Soixante cinémas en France, de la même taille, sont classés. On l’a reçu dès la première année. Une belle surprise. C’est un classement sur l’année qui précède. Pour faire un raccourci, c’est comme les étoiles au Michelin. Ce classement reconnaît les spécifiés des cinémas dans une branche particulière des films d’auteur.

Aujourd’hui, le prix est-il votre atout majeur ?
Quand vous regardez les tarifs Pathé ou autre, nous, ce qu’on propose c’est plus accessible. Les gens ont plus tendance à se déplacer en famille. La diversification avec le cinéma d’auteur est le deuxième atout.

Quelles sont les contraintes d’un petit cinéma ?
La négociation des films à programmer est parfois difficile.
J’ai des obligations, surtout à Noël. Il me faut des grosses sorties comme Star Wars. On me met le couteau sous la gorge. Des gens disent « j’en ai marre de voire 4 fois le même film ». On se rattrape à d’autres moments. Quand il y a moins de grosses sorties, c’est l’occasion de mettre plus de films d’auteur. Quand la pression des grands distributeurs redescend. On est obligés d’avoir des blockbuster. J’ai fait entrer le dessin animé, la grande course aux fromages, en même temps que le Disney « Vaiana ». C’est difficile de faire aimer ce genre de film à tout le monde. La grande course aux fromages a fait 12 entrées contre 220 pour « Vaiana » le même jour. Les parents veulent divertir les enfants. Pour eux, un Disney c’est sécurisant. C’est difficile de les tourner vers ce genre de films mais malgré cela on incite les spectateurs.

Quelle est la cible d’un petit cinéma ?
Un peu tout le monde. Pour des petites villes, c’est difficile de se spécialiser. A Six-Fours, il y a public amateur de septième art. Je ne pourrai pas faire la même chose partout. On ne peut pas se permettre de se spécialiser ici. Contrairement aux grandes villes. A Toulon le royal fait que de l’art et essai et les multiplex de grosses productions.

Le cinéma de six fours reflète-t-il votre activité nationale ?
C’est le même principe. La différence, c’est qu’il faut s’adapter au cas par cas à la sociologie des habitants. A Six-Fours, il y a des connaisseurs avec l’association des lumières du sud. Dans les petites villes il faut pouvoir et mélanger tous les genres. Ici la diversification est adaptée au public six-fournais.
Je n’ai pas les mêmes films dans toutes les salles. Ce n’est pas partout la même population. Par exemple, si la moyenne d’âge est plus élevée, je passe moins de blockbusters. Langres en revanche est une ville médiévale. L’art et essai y a une place importante.

Propos recueillis par Laura Berlioz
Crédit photo : Alex Woimant
En haut de gauche à droite : Romain Convert, Jérôme Quaretti, Paul Bertin, Frédéric Perrot (co-délégataire du Six n'étoiles, associé à J.Quaretti)
En bas de gauche à droite : Fabienne Trzcinski, Manon Grillo, Eva Hann, Malika Joliff, Noémie Dumas.

Tarifs :
Plein : 7,90€
Abonnement 10 places valables 1 an, tous les jours à toutes les séances (places partageables à plusieurs personnes) : 55€ / Achat de la carte magnétique rechargeable = 3€
Chômeurs** / retraités / étudiants / séniors + 60 ans / jeunes - de 18 ans : 6,20€*
Tarif enfant de moins de 14 ans : 4€*
Tarif réduit pour les détenteurs de la Carte jeune de Six-Fours : 5,50€
Tarif séances du matin (dimanches, jours fériés, vacances) : 4,50€

*Justificatif à présenter obligatoirement en caisse ou au contrôle / ** Justificatif de moins de 3 mois

Espace Lavage Auto Grand Bleu La Crau - Limpact




 suivant »



contactez Portraits Dossiers !
home_bavaria
abc_pneus
roady
grand_bleu
be_harmony

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©