bandeau_limpact
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Portraits Dossiers
L’indispensable chronique.
de Laurent Dutruch

C’est le passage obligé pour tout bon réveillon du 31. Un rite auquel personne n'échappe car chacun a un truc à se reprocher. Le surpoids, les formes disgracieuses, la clope, la réussite manquante, les amours fuyants… Alors on attend ce moment pour réagir, se motiver, en se piffrant une dernière fois avant le grand changement, celui qui va faire de nous un être différent et vertueux. Il faut donc prendre une bonne résolution !

Et encore une fois, je m'étais juré de fêter ça sobrement, de profiter du premier jour de l’année, et puis jouissant d’un mental de gastéropode à coquille, j’en ai pris une belle. Pour les prochaines, il faudra que je trouve le moyen de ne plus émerger le 2 janvier des cotillons plein la gueule, avec pour seul souvenir celui d’avoir hurlé l’avant-veille à minuit « bonne année… ». Première résolution, donc. Bien sur, ivresse aidant, j’en ai contracté une seconde. Ça devait être vers 2h du matin, à la suite d’un rock ou d’une lambada endiablée, quand j’ai dû revenir du dance-floor jusqu’au bar, râlant comme un tuberculeux, crachant mes poumons en trainant ma ventrèche. Et tchin-tchin, pouêt-pouêt, les yeux dans les yeux de ma charmante voisine, je m’engageais à reprendre le sport. Comme si, je l’avais déjà pris d’ailleurs. « Engagement respecter tu dois, jeune padawan » me balbutiait un des convives, fan de Star Wars, largement plus bourré que moi, et qui toute la soirée me les a brisé à parler comme maître Yoda. Ce con s’appelle Lucien Cauzossiel, une vague traduction de Luke Skywalker, moins class-héros mais il y voit un signe du destin. « Je suis ton père… Lucien, ça le fait pas ! », lui répondis-je goguenard. La princesse Leïa a qui je promettais de me remettre aux abdos et que je pelotais telle un fougueux Jedi, sabre laser au clair, n’était autre que sa femme. Ces deux affronts, faits au fils de Mireille Dark Vador, ont eu pour conséquence de provoquer une engueulade Tatouïnesque. 2017 commençait sous l’influence de l’étoile noire. Bravo Lolo ! Mais revenons à ma résolution n°2, le sport ! Le plus facile est le footing me conseilla un proche. Pas tort, j’en vois plein les bords de route, des bellâtres resplendissant dans leurs tenues Décathlon, courir la foulée légère mimant la pleine forme et cherchant des regards admiratifs. J’ai enfilé un short à défaut d’autre chose, chaussé mes vieilles baskets qui somnolaient depuis des lustres et sans attendre, la BO de Rocky dans mes écouteurs, j’avalais l’asphalte. C’est une violente remontée acide qui eu raison de ce bel élan sportif d’environ 500 mètres, suivi d’une dépose de gerbe devant des badauds médusés. Bon, le footing pas pour moi. Voyons les sports d’hiver, c’est de saison. C’est plus compliqué pour l’équipement mais la neige ça me connaît. J’ai coché le niveau des meilleurs à l’ESF. « Ça glisse aux pays des merguez » répétait hilare le moniteur avant de débouler les pistes. Débouler, c’est exactement ce que j’ai fais moi aussi, mais en plantant mes skis à mi-parcours dans la poudreuse. J’avais présumé de mes talents de descendeur. Renvoyé des cours, on me dirigea vers l’escalade. Plus soft. Et la grimpette, ça me connaît. Mais une altercation au milieu de la face sud, une divergence d’appréciation, une paralysie d’ordre intestinal et un petit mot doux lâché un peu fort à l’encontre du chef de cordée déclencha une avalanche. Apres trois heures sous la neige, les corones en sorbet, j’abandonnais définitivement les joies de la montagne. Je revenais à des choses plus traditionnelles. J’aurai tout essayé même la Zumba mais rien ne m’a redonné la foi. La boxe trop violente, le vélo trop dur, la natation trop humide, la musculation trop chiante et la prostitution trop chère. J’ai donc décidé, en conscience, de ne pas aller plus loin dans le sport, de revoir ma copie, de rester original. Si Lucien était là, il me dirait que je suis passé du côté obscur de la force. Ben tant mieux ! On rigole beaucoup plus avec les mauvais diables, les filles de bar et les space cakes de ma tante Yvonne. Après mûre réflexion même, je crois que des résolutions je ne vais pas en prendre et m’en tenir à l’ordonnance Nietzschienne : « Deviens ce que tu es ». Y’a aussi du Yoda chez Nietzsche. Voilà, 2017, c’est parti. Que la force soit avec vous.

Bonne et heureuse année à tous

Azur Toiture La Crau et Cogolin - Limpact




 suivant »



contactez Portraits Dossiers !
home_bavaria
abc_pneus
roady
grand_bleu
be_harmony

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©