ollioules_grand_sud
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Actualité Shopping Vie Locale
Entreprises et environnement.
A Signes, les abeilles nous disent tout

Les entreprises ont-elles un impact néfaste sur notre environnement ? Pour le vérifier, le GEPS (Groupement des Entreprises du Plateau de Signes) a mis en place un dispositif environnemental innovant depuis 2013, grâce à un système de biosurveillance par l’abeille. Six entreprises se sont portées volontaires pour participer à ce projet et mesurer les effets toxiques sur l’environnement en implantant un rucher qui couvre la totalité de la zone. L’heure est au bilan.

Particulièrement sensibles à la qualité environnementale, les abeilles constituent depuis toujours d’excellents indicateurs biologiques. Encore peu de personnes le savent aujourd’hui mais la santé des abeilles a un impact direct sur notre population. C’est en les observant et en analysant leur comportement que l’on peut mesurer aisément des variations environnementales ayant des conséquences nuisibles quant à la qualité de l’air que nous respirons. Ainsi c’est tout naturellement que le GEPS, dont les actions en faveur de l’environnement tiennent une place de choix toute l’année, s’est rapproché d’APILAB le spécialiste de la biosurveillance grâce à l’abeille, afin de mettre en place un projet totalement inédit sur le Plateau de Signes.
En 2013, ce dispositif environnemental a démarré à l’initiative de six entreprises : Ipsen Pharma Biotech, Coca-Cola Midi, Sanogia, Lafarge, le Circuit Paul Ricard et l’Aéroport du Castellet. Pour en savoir plus sur l’évolution de cette action, nous sommes allés à la rencontre des acteurs et facilitateurs de cette action novatrice et passionnante.

Rencontre avec Jacques Oles, vice-président du GEPS
Comment l’idée d’une biosurveillance des entreprises par l’abeille est-elle venue ?
Depuis le début le GEPS mène des actions environnementales fortes et c’est dans cette démarche que nous avons voulu vérifier l’impact environnemental sur le Plateau de Signes. Nous nous sommes rapprochés d’APILAB qui nous a présenté un projet semblable à La Rochelle et nous avons ensuite pris la décision de le mettre en place à notre tour à échelle plus petite, sur le parc d’activités de Signes. Au total, six ruchers ont été installés afin de couvrir toutes les surfaces du parc.

Plus concrètement, comment parvient-on a obtenir des résultats significateurs avec un tel dispositif ?
L’insecte est très sensible à l’impact de l’environnement. Les abeilles vont sortir de la ruche et ne reviendront pas s’il y a une variation de l’environnement. C’est à ce moment-là que l’on peut constater qu’il y a un problème grâce à un comptage des entrées et des sorties des abeilles. Elles fonctionnent comme des agents indépendants et effectuent des micro-prélèvements de l’endroit où elles se posent. Elles capturent ainsi des particules présentes dans l’air et c’est ce qu’on appelle la biosurveillance. Nous réalisons ensuite trois campagnes de prélèvement d’abeilles butineuses par an, à chaque saison sauf en hiver.

Quel bilan peut-on tirer de ces premières années d’expérience ?
Dès le départ, nous avons souhaité vérifier que le sol n’était pas pollué avant la mise en place du dispositif. On a ensuite mesuré les pesticides, les métaux lourds, les dioxines, et les premiers résultats ont été très concluants. Aucune trace de pollution n’a été retrouvée dans l’atmosphère. Nous avons installé un rucher témoin au pied de la Sainte Baume à Riboux et les techniciens APILAB ont rapidement conclu que l’air était très sain et que les abeilles n’étaient pas exposées aux pesticides y compris les moins courants. En plus d’être concluante, l’expérience est très enrichissante, le dispositif fonctionne et nos études ont même été utilisées pour la recherche sur la disparition des insectes pollinisateurs.

Ruches de la Société Sanogia participant à la biosurveillance à Signes - Limpact

Rencontre avec Bruno Soghomonian, Directeur de l’entreprise Sanogia, inscrite dans le dispositif d’implantation des ruchers.
Pour quelles raisons ce projet était-il intéressant pour une entreprise comme Sanogia ?
Pour nous qui sommes fabricant et distributeur de produits d’hygiène et de désinfestation, ce projet monté sous l’impulsion du GEPS nous a tout de suite intéressé. C’était presque une évidence de trouver un moyen complètement impartial, naturel et innovant pour mesurer l’impact environnemental de notre entreprise. Les premiers résultats ont été plus que concluants, c’est une excellence chose.

Que doit-on en conclure ?
Ce projet démontre parfaitement que le développement économique d’une zone industrielle comme la nôtre n’est absolument pas incompatible avec le respect de l’environnement. Pour vous donner un exemple précis, ce système fonctionne par comparaison par rapport à une des ruches témoins et il s’avère même que les ruches implantées sur le parc d’activités obtiennent de meilleurs résultats que les ruches témoins. C’est rassurant pour tout le monde y compris pour de nouvelles entreprises qui souhaiteraient s’implanter ici de savoir que le site n’a aucun effet toxique sur l’environnement.

Rencontre avec Jean Paul Schertz, Apiculteur
Pouvez-vous nous dire quelques mots sur votre activité d’apiculteur ?
Je suis apiculteur depuis 20 ans, je viens de la finance au départ. J’aime la grande liberté de travail et la tranquillité de cette activité que j’ai découverte en aidant un voisin apiculteur. C’est agréable d’être en contact avec la nature, de partir à la recherche de nouveaux emplacements pour les ruches, des endroits où le climat est clément, les conditions météorologiques idéales. Les abeilles sont très sensibles, il faut les préserver, les observer longtemps pour comprendre leur fonctionnement, leur mode de vie. C’est une passion.
Pouvez-vous nous parler des bienfaits des abeilles pour notre environnement et pour notre santé ?
Pour vous faire une petite idée, si les abeilles disparaissaient il ne resterait que 4 années à l’humanité ! Le rôle de l’abeille est fondamental pour la vie et la société. Le dispositif mis en place le GEPS et APILAB à Signes dont je suis en charge de l’entretien des ruches est la preuve que le comportement des abeilles est suffisamment puissant pour susciter l’intérêt de tous. Il faut savoir que les abeilles sont adaptées à la végétation locale, il faut donc en prendre soin. Nous sommes peu de choses pour ne pas dire rien sans elles et encore trop peu de personnes le savent malheureusement. Aujourd’hui, grâce à la mise en place de ce dispositif, nous organisons des visites pour faire connaître les abeilles, je suis intervenu dans différentes entreprises et il faut dire que c’est un sujet qui marque facilement les gens. Ne négligez pas l’abeille car elle a une importance majeure dans notre environnement, voilà le message à faire passer.

Propos recueillis par Amandine Mastieri

Sanogia Parc d'Activités de Signes - Limpact




 suivant »



contactez Actualité Shopping Vie Locale !
home_bavaria
boulanger
dermo_chrys
l'opticien_six_fours
solomar
dietplus_six_fours
casamia
cdmp
be_harmony_actu

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©