bandeau_mags
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Tourisme Sorties Culture
De l’importance de s’aimer….
par Hanna Vernet

Vous allez me trouver d’humeur romantique ce mois-ci, et il est vrai qu’à l’approche de l’été le soleil nous fait des promesses, que, nous le savons tous (et c’est bien le jeu !), il ne tiendra pas toujours.

Oui, je voudrais vous parler d’amour car comme l’a si bien écrit Victor Hugo « Aimer ou avoir aimé, cela suffit. Ne demandez rien ensuite. On n’a pas d’autre perle à trouver dans les plis ténébreux de la vie. Aimer est un accomplissement. » Mais moi ce qui m’intéresse ici c’est plutôt l’amour que l’on se porte à soi-même, qui, à mon sens, est le véritable accomplissement de notre existence. Et on a toute une vie pour y arriver. Une femme que je tiens en très haute estime (et elle se reconnaîtra si elle lit ces quelques lignes) m’a dit un jour « Soyez douce avec vous-même ». C’est une idée qui m’a paru saugrenue. Et quelques mois plus tard, j’ai compris ce qu’elle tentait de me faire comprendre. À mon tour aujourd’hui de faire de même avec vous, chers lecteurs. Parce que s’aimer ne fait pas de nous des êtres prétentieux. Non. S’aimer fait de nous des êtres conscients que personne ne sera jamais mieux placé que nous-mêmes pour nous apprécier à notre juste valeur et nous aimer tel que nous le méritons : avec courage et honnêteté, sans peur et sans reproche comme dirait l’autre. Et l’Autre justement, cet allié infernal, ce meilleur ennemi, ne suffit jamais à lui seul pour être le bon miroir. Malgré tout l’amour qu’il peut nous porter, il a déjà bien à faire avec son propre reflet.

Alors quand je dis « s’aimer », je ne parle évidemment pas de s’extasier sur sa propre beauté ou l’étincelance de son esprit – même si rien de tout cela n’est interdit – mais plutôt d’une forme de compassion, voire de miséricorde qu’on hésite toujours à s’accorder à soi-même de peur de se perdre comme Narcisse dans la contemplation amoureuse de son propre reflet. Et pourtant, à mon sens, rien n’est plus vital que de s’accorder à soi-même ce doux regard amoureux que l’on rêve de deviner chez l’autre lorsqu’il pose les yeux sur nous.

Ce n’est pas une tâche aisée. Cela demande Lucidité puisqu’il faut toujours savoir qui l’on aime pour l’aimer pleinement, Générosité parce qu’il faut pouvoir se donner d’abord à soi pour se donner à l’autre ; et enfin Clémence car il faut savoir se pardonner aussi. Les erreurs, les non-dits, les fausses routes (qui sont les chemins les plus vrais et les plus intéressants), les doutes et les actes manqués… Se pardonner ce que l’on ne sera jamais, sans s’en tenir rigueur, ni se juger trop sévèrement. S’aimer comme on aime un enfant. Avec patience. En s’apprenant pas à pas. En s’exhortant à faire de ses faiblesses, une source inépuisable de puissance. Se tendre la main lorsque l’on tombe.

Il faut s’aimer pour aimer l’autre. Mais s’aimer en connaissance de cause : alors seulement on peut s’aimer pleinement, profondément, passionnément. Car finalement, c’est tout ce qu’il nous restera à la fin : cet amour que l’on aura su se porter à soi et dont chaque éclat aura su se loger dans les replis de chaque cœur que l’on aura croisé.
C’est ainsi que l’on demeurera éternel, par la multiplication de cet amour migrant de cœur en cœur, d’âme en âme et nous survivant bien après nous dans le regard de nos enfants, de nos amis, de nos étudiants, de notre épicier, de nos lecteurs aussi pourquoi pas ! N’en déplaise à ceux qui construisent des tours toujours plus hautes pour chatouiller les cieux, il faut savoir éclater d’amour et se répandre en lambeaux amoureux de soi pour oser espérer la postérité.

Et alors à cet instant-là : dire « je m’aime » pour que « je t’aime » ait un sens. Car si Sartre nous dit si bien qu’aucun homme ne peut se décharger sur un autre du soin de justifier son existence, je peux vous dire, moi, qu’aucun homme ne peut espérer être mieux aimé par quelqu’un d’autre que par lui-même.

Ainsi donc, soyez doux avec vous-mêmes, soyez cléments et accordez-vous cet amour que chacun d’entre nous mérite. C’est un aboutissement. C’est un remède. Contre les monstres qui peuplent nos cauchemars mais aussi ceux qui sont bien réels, qui nous encerclent et nous menacent. Aimez-vous pour que l’on s’aime, et qu’à la fin, il ne reste que l’éclat étincelant de cette perle dont nous parle Hugo dans le creux de nos vies… L’éclat de cet
accomplissement. Notre trésor à partager.

Hanna Vernet

P2C Partners - Limpact




 suivant »



contactez Tourisme Sorties Culture !
home_bavaria
estades
sica_maf
jacq_orchidees
be_harmony

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©