bandeau_limpact
votre recherche
 
Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
Tourisme Sorties Culture
Côté BD.
A la une en septembre

On a espéré l'été pendant 10 mois et le voilà déjà presque fini. Il a filé à toute allure, on ne l'a pas vu passer. On n'a pas eu le temps de faire tout ce que l'on avait prévu. Comme pour la cigale qui a passé des mois sous terre pour chanter quelques jours au soleil, il nous semble que l'été nous a filé entre les doigts. Et maintenant, c'est déjà la rentrée. Notre seule consolation, c'est que les livres affluent de nouveau chez les libraires, après la trêve estivale, et que l'on va pouvoir profiter un peu de ce deuxième été que l'on nous annonce «indien», avec quelques beaux livres dans les mains.

Michaël Crosa est un tout jeune dessinateur mais c'est un surdoué du crayon. Grâce à son trait, le plus souvent humoristique mais qui sait devenir plus charbonneux pour nous décrire des choses graves, il dépeint avec justesse la vie paysanne en Provence. Et l'on sent dans chaque détail, dans chaque cadrage que son dessin est basé sur du vécu. Pour faire cet album pour enfant, ce talentueux auteur s'est inspiré des paysage et des gens qui l'entourent. Du coup, tout fait vrai, tout sonne juste. Paula la Poulette, l'héroïne de ce délicieux petit conte, vit dans un vieux poulailler délabré, chouchouté par son éleveur qui, même si elle ne pond jamais, la considère comme la meilleure de ses poules. C'est que Paula ne fait rien comme les autres : la preuve c'est qu'elle s'est choisi un renard pour fiancé et que plutôt que de finir au pot, comme la plupart de ses congénères, c'est elle qui fait la cuisine. Si l'on vous dit que le dessin de Michaël Crosa évoque à la fois Pagnol et Giono, vous allez penser que c'est exagéré et pourtant sa façon de nous montrer la campagne varoise, en quelques coups de crayon et en quelques touches de couleurs économes, est aussi forte que les descriptions de ces géants de la littérature. Quand la simplicité touche au génie et que chaque illustration contient autant d'humour et d'émotion, on se dit que cet album est un véritable « must » pour tous les enfants.
« Paula la Poulette » de Michaël Crosa, éditions Marmaille et Compagnie

« Le Jour où le Bus est reparti sans Elle », de Beka et Marko, éditions Bamboo

Le « Zen pour les Nuls » pourrait être le sous titre de ce livre écrit avec délicatesse par Beka (Bertrand Escaich et Caroline Roque) et dessiné avec finesse et humour par Marko. Clémentine, l'héroïne, se sent mal dans sa peau, pense qu'elle n'a pas de chance dans la vie et veut essayer de reprendre le dessus en se joignant à un groupe de réflexion et de méditation dirigé par Jean-Eudes. Au cours d'un petit arrêt, le bus du groupe repart sans elle et Clémentine se retrouve perdue dans une petite épicerie bio, sans portable et sans aucun moyen de rejoindre le groupe. La malchance semble s'acharner sur elle. Mais est-ce vraiment de la malchance ? Car Antoine, le responsable de l'épicerie bio, semble bien plus zen que le pseudo maître Jean-Eudes et ses petites histoires issues de la sagesse populaire sont de véritables petits contes zen, remplis de sagesse et leçons de vie. Clémentine va donc passer un merveilleux week-end où elle va comprendre qu'il faut accepter son destin, que ce qui peut apparaître parfois comme de la malchance peut finalement nous sauver ou changer notre vie. Elle va repartir de ce week-end enrichissant complètement «regonflée» et confiante, prête à reprendre sa vie comme on prend un nouveau départ. Cela donne un bel album, rempli de bonheur et de moments tendres.
« Le Jour où le Bus est reparti sans Elle », de Beka et Marko, éditions Bamboo

« La Déconfiture », Première Partie, de Pascal Rabaté, éditions Futuropolis - Limpact

Les livres de Pascal Rabaté se suivent et ne se ressemblent pas. Et pourtant, ils ont ce petit air de famille que l'on reconnaît au premier coup d'œil. Un dessin simple mais d'une efficacité redoutable et des dialogues que l'on croirait sortis de la bouche de notre voisin. Les couleurs aussi sont discrètes, posées avec parcimonie et pourtant à la fois si indispensables et si minutieusement placées. Son nouvel album, «La Déconfiture», nous décrit la débâcle française de 1939. Toujours avec la même économie de moyens, avec la même simplicité apparente qui sont juste la preuve de la parfaite maîtrise de la narration de l'auteur. Dessiné à hauteur d'homme, les avions allemands sont de simples petites croix dans le ciel mais les dégâts qu'ils font quand ils piquent sur les civils en train de fuir, nous ramènent en un instant à la terrible réalité. Le héros, Amédée Videgrain, il faudrait plutôt dire le personnage principal tant il n'a rien d'héroïque, traverse le désastre à la recherche de sa compagnie. Et lorsqu'il la retrouve enfin, c'est pour se rendre à l'armée allemande, suite au suicide de son colonel. Le dialogue de la dernière case en dit long sur l'impression de désorganisation totale de l'armée française : « Neuf mois de guerre et je n'aurai pas tiré un seul coup de feu ». C'est sur ces mots que se termine cette très belle première partie et l'on attend déjà la suite avec impatience.
« La Déconfiture », Première Partie, de Pascal Rabaté, éditions Futuropolis

Pascal Orsini

Galerie Estades - Limpact




 suivant »



contactez Tourisme Sorties Culture !
home_bavaria
estades
sica_maf
jacq_orchidees
be_harmony

Agenda
Evénements
Actualités
Shopping
Vie locale
Portraits
Dossiers
Tourisme
Sorties
Culture
Immo-Déco
Services
Entreprises
Vidéos Limpact
Club
Ollioules
Grand Sud
Limpact
Magazine
limpact club
Qui sommes-nous ? | Contact
limpact.fr - Toulon Provence Communication ©